AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  









Chatbox v.1



Chatbox v.2
Connectés
S'inscrire

Page Facebook de TRD
Twitter du Lapin Noir
Partie 14 : Reprise de l'activité !
Partie 15 : #Patte_De_Lapin
Redémarrage de la partie 13, faisant suite à la 14.
Inscriptions Ouvertes !

Event #Psychedelique_Land_Paris
Redémarrage de l'event.
Inscriptions Ouvertes !


Partagez | 
 

 [4] Salle 11 - Salle de soins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nivalis
♛ Sadic is so Chic. ♛
♛ Sadic is so Chic. ♛
avatarDate d'Arrivée : 30/11/2009

▬ Carte d'Identité*
Pseudonyme Pseudonyme: Nivi
Partie(s) En Cours Partie(s) En Cours: Aucune
Panier à Carottes Panier à Carottes:
MessageSujet: [4] Salle 11 - Salle de soins   Mar 8 Fév - 1:14

Salle 11 - Salle de soins

Une lumière intense, celle des tables d'opération. Des instruments, tous abîmés par le temps.

"Tiit, Tiit, Tiit"
Le battement de votre cœur s'affiche sur l'oscilloscope.
"Tiit-Tiit-Tiiiiiiit" Le rythme s'accélère.

Du sang. Partout.
Des sceaux sont remplis du liquide. Vous vous sentez mal, est-ce que quelqu'un vous aurait vidé de votre sang ? Vous ne savez pas.

La pièce est immense et partagée par des rideaux. Derrière chaque rideau, un lit et du matériel.
Les camisoles sont en grand nombre dans cette pièce, tout comme les fauteuils roulants. De nombreux bandages sont éparpillés sur le sol, avec énormément de sang.

Sur l'un des lits, un squelette. Une infirmière ? Sûrement, vu son uniforme. Ce squelette semble vouloir dire quelque chose, son doigt est pointé vers la porte. Même sans visage, ce squelette semble apeuré, comme si une chose effroyable arrivait, tel un monstre sorti tout droit d'un film, des enfers ou des ténèbres.
Pétrifié à jamais, le squelette de cette femme est condamné à rester ainsi sur le lit à jamais. Ses cheveux pousseront encore et encore, et seront tellement longs que des êtres microscopiques pourront s'y loger. Une triste fin pour quelqu'un qui avait décidé d'aider les gens.

Sur le dernier lit au fond de la pièce, un lapin blanc. Il est tellement propre que vous n'en croyez pas vos yeux. L'un de ses yeux est rouge, l'autre est noir. Il est si mignon... Lorsque vous appuyez sur son oreille gauche, une voix mécanique chante alors "Je suis lui, lui et lui, elle est lui mais lui n'est pas elle, je ne suis pas elle, mais je suis comme elle, elle est moi mais je ne suis pas lui, je suis toi et moi, tu es elle mais pas comme lui, et lui est moi sans être moi. Je suis un menteur, tout comme eux ♪"

Quelle étrange chanson... Peut-être trouverez vous la réponse à l'énigme en fouillant un peu ?









Contexte Gé️©️ral - Règlement du Forum - Recensement - Règles du Jeu
N'oublie pas de lire le règlement et de te recenser Invité, ou tu recevras le fouet !!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.therabbitdoubt.com

Juliet Ashton
Doctor ♥
Doctor ♥
avatarDate d'Arrivée : 02/01/2011

▬ Carte d'Identité*
Pseudonyme Pseudonyme: Ashe
Partie(s) En Cours Partie(s) En Cours: ClueDoubt & Koh-Doubta
Panier à Carottes Panier à Carottes:
MessageSujet: Re: [4] Salle 11 - Salle de soins   Mar 8 Fév - 20:28

J'ouvris les yeux et, pendant quelques minutes, je ne voyais que une lueur qui me donnait envie de me rendormir. C'était comme si j'avais dormi pendant une semaine non-stop ! Pourquoi étais-je dans cet état ? Je ne me souvenais plus vraiment de ce qui se passait ? Qu'est ce que je faisais avant ? Avec qui j'étais ? Et pourquoi j'étais là maintenant ? Et où est-ce que j'étais exactement ? Mystère. Ma vision devenait de plus en plus clair. C'est là que j'aperçus toutes ces choses affreuses : Les murs et le plafond étaient blancs. Je tournais la tête doucement pour examiner les lieux. Il y avait des camisoles et des outils terrifiants partout sur le sol. Je fus pris de panique. Je m'assis brusquement, pour me lever et courir loin d'ici, vers la porte. Au moment ou je fus complètement assise sur ce lit d'hôpital, je me retrouva nez-à-nez avec un scalpel géant. J'y ai échappé de peu... Les larmes commençaient à couler sur mon visage, des larmes de peur. Que faire ? C'était un mauvais cauchemar, quoi d'autres ?

Je fus dans cette position pendant une trentaine de secondes quand soudain, je retombais sur mon lit. Je n'avais plus de forces. Pourquoi je n'arrivais plus à bouger ? Qu'est ce qu'on m'avait fait ? Je commençais à m'imaginer toutes sortes de choses, et ce n'était pas très bon. Sur le coup de la panique, je cria, de toutes mes forces. Personne ne m'entendit, du moins, personne ne me répondit. J'étais seule. Mes membres n'écoutaient pas mon cerveau, j'étais bloquée. Par terre, il y avait du sang, beaucoup de sang. C'est là que j'eus un flash : Les douleurs et la fatigue étaient exactement la même que j'avais après chaque prise de sang. Mon sang ! On m'a prit mon sang. Que pouvais-je faire ? J'allais simplement mourir tout doucement, sans m'en rendre compte après tout. J'étais tellement épuisée que je ne sentirais surement rien, je m'endormirais et je ne me réveillerais jamais.

Je ferma les yeux. Il ne fallait penser à rien après tout, sauf aux bonnes choses, avant la mort. Je me souvenais maintenant, de la cause de ma présence ici : Le prix Goncourt.. Ce prix tant attendu.. J'étais tellement impatiente d'y être. En général, je n'y allais qu'en tant que spectatrice, je voulais voir les nouveaux auteurs, les auteurs de demain.. Cette fois, c'était différent, c'est mon œuvre qui était jugée. Virtual Romance, ma toute première nouvelle, dont j'étais tellement fière. Maintenant, je ne saurais jamais si j'aurais pu être célèbre ou non. J'allais mourir d'une façon vraiment ignoble et je ne saurais jamais qui m'a fait ça et pourquoi. Peut-être était-ce quelqu'un qui se présentait contre moi pour le prix et qui avait peur de moi. De toute façon, cela n'avait plus d'importance. Je fermais les yeux et m'endormit dans un sommeil profond..

(…)

« Je suis toujours vivante..? Je suis toujours là ! »

Je ris légèrement. C'était tout de même drôle comme situation. Drôle dans le sens complètement inimaginable, affolant même. Je rentrais dans une sorte d'hystérie. Je me levais, j'allais mieux. Mes membres m'obéissaient à nouveau. Je fis attention au scalpel géant afin de ne pas me blesser. Il y avait plusieurs lits. Une nouvelle vision d'horreur s'offrit à mes yeux : Un squelette avec une tenue d'infirmière.. La pauvre, elle qui vivait surement pour sauver les gens, voilà l'état dans lequel elle avait finit. C'est peut-être comme ça que je vais finir, autant m'y préparer tout de suite.

« Repose en paix.. »

Je continuais d'inspecter les lieux. Sur un autre lit, un lapin blanc, vraiment très blanc. C'était étrange dans un lieu pareil. Je m'avança vers lui pour l'admirer. Un peu de douceur dans ce monde de brute ! Il était vraiment très beau. Je le pris dans mes bras, le regarda, le reposa. J'adorais caressé les oreilles des animaux en général, c'était tellement doux. Je fis donc ce geste sur ce petit lapin et il se mit à chanter. Cela me fit sourire les premières secondes jusqu'à ce que je comprenne que ce n'était pas une simple comptine d'enfant mais un chant vraiment très lugubre, à la limite du psychopathe :

« Je suis lui, lui et lui, elle est lui mais lui n'est pas elle, je ne suis pas elle, mais je suis comme elle, elle est moi mais je ne suis pas lui, je suis toi et moi, tu es elle mais pas comme lui, et lui est moi sans être moi. Je suis un menteur, tout comme eux ♪ »

J'enlevais ma main et recula précipitamment. Je me retournais mais il y avait du sang vraiment partout. Je revenais à la réalité. J'étais en plein cauchemar, dans un hôpital de fous probablement. Cela ne pouvait être que ça. Un psychopathe s'était échappé et il en avait après moi ! Je me dirigeais vers la porte et tenta de l'ouvrir sans succès. Elle était fermée ? Mais qu'est ce que j'allais faire ? HAAAAAA réveillez-moi s'il vous plait... Je m'assis par terre. Je passa ma main dans mes cheveux pour les écarter de mon visage. Sur mon poignet, un code barre. Étais-je devenu un animal de foire maintenant ? J'avais un numéro, et j'étais dans une salle d'attente pour l'abattoir ? Probablement, après tout, ce n'était même plus surprenant maintenant. Je me releva pour tenter une fois encore d'ouvrir la porte. Je mis ma main sur le grand verrou, à bout de force. C'est là que je vis une petite lumière verte. Le code barre, étais-ce la clé ? Probablement, et il m'avait sauvé la vie ! Je pouvais sortir de cette endroit et enfin retrouver une vie normale..

Je courus hors de la pièce pour atterrir dans un couloir, un long couloir...


Pensez à faire votre fiche de recensement 2.0 !


Revenir en haut Aller en bas
 

[4] Salle 11 - Salle de soins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Rabbit Doubt :: Cimetière des Parties :: Parties 04-05-06-
Sauter vers: